Expositions


Mirò
crée l’événement

Avec l’exposition Mirò, la Ville de Tours poursuit sa politique de grands événements, entamée avec la présentation des sculptures d’Ousmane Sow, il y a deux ans. Cette manifestation annonce la nouvelle vocation du Château de Tours.

Rouge, jaune, bleu : les trois couleurs symboliques de l’artiste catalan, Joan Mirò, signalent l’événement dans toute la ville depuis la mi-octobre : oriflammes géants sur l’hôtel de ville et sur le château, prismes métalliques posés au long des rues, documents d’information largement diffusés. Toute la campagne de communication se décline en trois couleurs, illustrée de la signature de l’artiste. Cette griffe est la dédicace de l’ouvrage écrit par le Tourangeau Yves Bonnefoy, “Anti-Platon”, paru en 1962 aux éditions Maeght. C’est à Tours pour quatre mois : le château, hier encore consacré à l’Historial de Touraine, accueille sur quatre niveaux 125 gravures et 50 sculptures de l’artiste, sous le message “De la figuration au geste”. Cette exposition est complétée de la présentation d’éditions spéciales et de sa correspondance avec des artistes. On y découvre également trente-trois photos de Mirò au travail réalisées par son photographe attitré, Francesc Catala-Roca. Toutes les oeuvres et documents exposés proviennent des prêts de la Fondation Joan Mirò de Barcelone, de la Fondation Maeght de Saint-Paul, de la Galerie Lelong de Paris, de la Succession Joan Mirò et de collectionneurs privés.

  • Exposition Mirò : du 27 octobre 2001 au 27 février 2002, au Château de Tours.
    Ouvert tous les jours de 10h à 20h. Nocturne le samedi et le lundi jusqu’à 22h. Entrée libre.

    Contact : www.ville-tours.fr/mirò
    Tél. 08 92 35 01 37

  • Repères

    20 avril 1893 : Joan Mirò naît à Barcelone. Son père est orfèvre et horloger.

    1907 : il suit les cours de l’école de commerce de Barcelone, parallèlement à ceux de l’école des Beaux-Arts de Lonja.

    1910 : il est embauché comme comptable dans un magasin de Barcelone.

    1911 : il ne s’adapte pas au travail et contracte la typhoïde.

    1912 : il suit un enseignement “anti-académique” à l’école d’art Gali. A partir de cette année-là, il se consacre entièrement à la création artistique, s’intéresse à la poésie, lit des revues d’avant-garde et expose ses oeuvres.

    1924 : à Paris, rencontre avec André Breton, Louis Aragon, Pierre Eluard. Il fréquente Jean Dubuffet, Robert Desnos, les surréalistes Paul Eluard, André Breton, Alexandre Calder. Il adhère au surréalisme.

    1926 : il réalise le décor et les costumes du ballet Roméo et Juliette pour les Ballets russes de Diaghilev.

    1929 : il épouse Pilar Juncosa à Palma de Majorque. Le couple s’installe à Paris.

    1940 : il s’installe à Palma de Majorque.

    1961 : la Perls gallery de New-York monte une exposition qui réunit les peintures de Joan Mirò et les Mobiles de Calder. Succès retentissant.

    1983 : Joan Mirò meurt le 25 décembre à Palma de Majorque. Il est enterré à Barcelone.


    1 2 [Suiv.]